Bienvenue sur l'écho du champ de bataille

« L’écho du champ de bataille » a pour ambition de vous proposer à la lecture et à la réflexion des contributions sur des sujets relatifs à la stratégie, à l’art opératif, à la tactique et plus largement sur l’engagement et l’emploi des armées. Ces brèves, illustrations ou encore problématiques vous seront livrées sous le prisme de l’histoire militaire mais aussi sous celui des théâtres d’opérations d’hier, d’aujourd’hui, voire de demain. Des enseignements de grands chefs militaires de toutes les époques aux analyses polémologiques prospectives en passant par la doctrine ou aux équipements des forces françaises et étrangères. Gageons que vous aurez plaisir à lire ces articles ou à contribuer au débat. Bonne lecture…

lundi 7 avril 2014

Enseignements tactiques : les combats du Tchad en 1910.



 
Le 04 janvier 1910, le capitaine français Fiegenschuh, qui s’était illustré contre les tribus ouadaï par son audace 3 ans plus tôt dans la conquête d’Abéché (Tchad), tombe dans une embuscade à Ouadi Kadja. Sa troupe est anéantie car elle est tombée dans le piège tendu par le sultan Tadjadine (combattants massalites) qui avait invité l’officier à une entrevue pour négocier un traité de paix, invitation qui n’était autre qu’une ruse de guerre.
Le colonel Moll, commandant la garnison d’Abéché, apprenant la nouvelle à Brazzaville où il se trouve en mission, rejoint ses forces au Tchad en novembre (10 mois après la mort de ses subordonnés) et décide de marcher à l’ennemi.
Mais il sous-estime son adversaire et conduit sa colonne sans prendre le soin d’établir une flanc- garde ou de projeter vers l’avant des patrouilles de reconnaissance.


Ses bivouacs sont faiblement gardés et ses « Zéribas » (enceinte de fortune faîte de bois épineux) sont mal préparées et insuffisamment fournies. Faisant fi du principe de sûreté, il ignore les indices de la présence ennemie. En effet, il atteint le site de l’embuscade, rend les honneurs aux dépouilles de ses hommes puis capture une colonne chamelière dans laquelle il saisit des équipements de la compagnie Fiegenschuh, ce qui dénote pourtant la proximité de la force adverse. Il refuse l’évidence et continue sa progression. Le 08 novembre 1910, il fait halte à Doroté et s’installe toujours aussi faiblement sur un site entouré de champs de mil dont les hautes tiges empêchent toute profondeur de vue. Pendant la nuit, des éclaireurs des sultans rebelles (il s’agit des massalites du sultan Tadjadine et des ouadaëns de Doudmourrah)  attaquent la position mais certains sont faits prisonniers et annoncent un assaut puissant le lendemain matin. Le colonel Moll, toujours confiant dans sa supériorité, maintient ses corvées d’eau et de bois, envoie ses chameaux au pâturage et accorde plusieurs heures de repos à sa cavalerie. Pourtant, à 9h00, l’attaque de 4000 à 5000 hommes, survoltés comme fanatisés, est bel et bien lancée et les troupes françaises se retrouvent dans la plus grande confusion et ce, d’autant que les animaux affolés rejoignent le camp dans la panique bousculant les lignes de tirailleurs. Le carré formé par les troupes françaises se met en place avec difficulté, ne peut tirer à longue portée ou avec un effet de masse suffisant, d’autant que la surprise conduit à des choix tactiques défaillants. Ainsi, le colonel croit toujours pouvoir contenir les Massalites, retient le tir des canons du lieutenant Joly qui finit par ouvrir le feu à bout portant, ce qui ne permet pas d’éviter le corps à corps. Le colonel Moll est tué ainsi qu’un grand nombre de ses cadres et de ses tirailleurs. Ces derniers profitent néanmoins du pillage anticipé sur le matériel français des combattants ennemis (enivrés par cette première victoire) pour se réorganiser autour de quelques officiers puis pour ouvrir le feu sur les pillards. Le sultan Tadjadine est frappé à mort et 600 assaillants sont tués entraînant la fuite des autres rebelles. Le capitaine Chauvelot, qui commande maintenant les survivants (48 soldats ont été tués), n’a plus de bagages, que très peu de munitions et il est dépourvu de montures. Il décide d’attendre la colonne de secours venue du nord et dirigée par le capitaine Arnaud. Pour cela, il fait sonner le canon d’alarme mais en vain. Les renforts n’arrivent pas, ralentis par des compte-rendus erronés et contradictoires de fuyards ou de déserteurs. Finalement, Chauvelot décide, au bout de 6 jours, d’avancer à pieds, transportant ses blessés et ses pièces d’artillerie à bras. Fort heureusement, les lieutenants  Jourdy et Chaveyron et leur trentaine de tirailleurs du poste de Bir-Taouil prennent l’initiative de marcher au canon et vont convaincre les secours de faire jonction avec ce qui reste de la colonne Moll. L’ensemble des forces peut ainsi rejoindre Abéché sans encombre.
En conclusion, ce fait d’armes tactique montre combien il est important d’exploiter le renseignement, de l’interpréter mais aussi de ne pas sous-estimer son ennemi. Il s’agit de comprendre ses modes d’action ainsi que ses forces et faiblesses (ruse, supériorité numérique, inclinaison au pillage) afin de les contrer ou de les anticiper. Le choix de la position, le moment de l’attaque, la sûreté et l’initiative évitent la surprise et avec elle la perte de l’ascendant. Quant au centre de gravité, il apporte la victoire ou la défaite que ce soit le chef (sultan) ou un équipement particulier (canons). Enfin, il apparaît clair qu’il ne faut pas se séparer de sa logistique à un moment clé de l’action au risque de se voir anéanti ou d’être privé de mobilité et donc de liberté d’action.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire