Bienvenue sur l'écho du champ de bataille

« L’écho du champ de bataille » a pour ambition de vous proposer à la lecture et à la réflexion des contributions sur des sujets relatifs à la stratégie, à l’art opératif, à la tactique et plus largement sur l’engagement et l’emploi des armées. Ces brèves, illustrations ou encore problématiques vous seront livrées sous le prisme de l’histoire militaire mais aussi sous celui des théâtres d’opérations d’hier, d’aujourd’hui, voire de demain. Des enseignements de grands chefs militaires de toutes les époques aux analyses polémologiques prospectives en passant par la doctrine ou aux équipements des forces françaises et étrangères. Gageons que vous aurez plaisir à lire ces articles ou à contribuer au débat. Bonne lecture…

jeudi 26 mars 2015

Opération "Market Garden " en 1944 : la catastrophe d'Arhem.


Contexte général :
Après l’opération Overlord en Normandie déclenchée le 6 juin 1944, les Alliés ont exploité leurs premiers succés vers l’Ouest et libéré une partie du Nord-Est de la France et de la Belgique. Pendant les mois de juillet et août 1944, les forces Allemandes se replient vers leur frontière. Le général Eisenhower décide alors de poursuivre l’offensive vers l’Allemagne avec comme objectif principal la Ruhr, poumon industriel du IIIème Reich. Pour entrer en Allemagne, 2 options s'offrent à lui : une approche directe vers la ligne Siegfried par le Sud, une approche indirecte au Nord via les Pays-Bas. L’objectif secondaire est de s’emparer d’un port pour raccourcir les délais d’approvisionnement des Alliés dont les lignes de communication s’étirent à partir de la Normandie. Le général Eisenhower choisit finalement le plan Nord défendu par le général britannique Montgomery qui demande la priorité pour planifier, préparer et concentrer les moyens nécessaires à cette action tactique. Celle-ci appraît certes risquée mais qui offre une opportunité d’atteindre rapidement les 2 objectifs même si le général américain Patton montre dans sa zone d'action une fulgurance et une manouvrabilité plus concrète.

dimanche 22 mars 2015

Exposition aux Invalides : Churchill et De Gaulle.

 
 
A compter du 10 avril, au musée de l'Armée, à Paris, une exposition rendra hommage aux liens complexes entre De Gaulle et Churchill (dont ce sera le 50ème anniversaire de la mort cette année), notamment au moment de la seconde guerre mondiale. Ces deux figures aux caractères bien trempés sont les deux figures de la résistance face au nazisme et qui s'èlèvent devant les premières victoires des troupes allemandes en Europe. Leur sens de l'Etat, leur foi dans le destin de leurs deux Nations leur ont permis de mobiliser des femmes et des hommes pour redresser la tête puis, avec le soutien américain, de remporter les victoires de la bataille d'Angleterre, celles de la campagne d'Afrique du Nord et de la Libération. Certes ils n'ont pas toujours été d'accord sur le plan politique, notamment concernant le rôle du lien transatlantique, mais votre blog tenait à souligner leur même engouement pour l'histoire militaire, riche, selon eux, d'enseignements dans la conduite de la guerre comme dans les décisions relatives aux affaires du monde. Je conclurai donc avec cette citation de Churchill qui m'anime dans l'écriture des articles que vous lisez au quotidien : "Ceux qui oublient leur passé se condamnent à le revivre". En attendant, n'hésitez pas à prendre le temps de visiter cette exposition dont le détail est disponible sur le lien suivant sur le site des Invalides : http://www.musee-armee.fr/programmation/expositions/detail/churchill-de-gaulle.html
Bonne visite...

mardi 17 mars 2015

Et si Napoléon avait combattu Daech ? Etude uchronique.

 

Sur votre blog nous rappelons souvent que l’histoire militaire peut parfois nous apporter des enseignements ou des clés de compréhension au sujet des campagnes contemporaines. Certes, il est probable, qu’avec le temps, certains modes d’action ou constructions opérationnelles soient devenues anachroniques du fait des progrès techniques, de l’évolution de la menace ou des limites éthiques. Néanmoins, certains penseurs et praticiens peuvent garder toute leur pertinence dans la manière de conduire une guerre aujourd’hui. Aussi, en s’appuyant sur le remarquable livre de Bruno Colson : « Napoléon, de la guerre »,  ouvrage apocryphe sensé formaliser la pensée militaire de l’Empereur au travers de divers documents, nous nous proposons de réfléchir à ce qu’aurait pu être les choix de Napoléon pour faire face, en Irak et en Syrie, à Daech. Ce groupe est aujourd’hui défini comme étant un ennemi hybride, associant des équipements et des actions conventionnelles à des attaques de type asymétriques (guérilla, terrorisme) mais disposant d’une structure organisée et d’un matériel moderne et performant. L’Empereur a eu des expériences proches de la situation actelle  à savoir, en Egypte, pour le terrain désertique et les rapports au monde musulman ou, en Espagne, face à des combattants irréguliers.

mercredi 11 mars 2015

La première guerre mondiale au jour le jour : janvier - mars 1915.


 
Nous renouons avec notre étude de la première guerre mondiale au travers de ses opérations et du témoignage du lieutenant-colonel Rousset, contemporain de l'époque et ancien professeur de tactique à l'Ecole supérieure de guerre. Les semaines et mois présentés mettent en évidence une pensée tactique voire stratégique étriquée ainsi qu'une analyse largement influencée par la propagande.
Dès le 20 janvier, les communiqués ne semblent plus parler que d'offensives mineures à l'échelon locale engageant une à deux divisions comme dans la région de Crouy par exemple, ou à Notre-Dame de Lorette où l'auteur s'inquiète de la prise d'une  seule tranchée par les Allemands. On perçoit ainsi le drame de la guerre de position qui débute avec des attaques meurtières sur des compartiments de terrain très limités.

jeudi 5 mars 2015

Quand l'histoire militaire rencontre le jeu...

 
Du 20 au 22 mars 2015, aura lieu à la mairie du 9ème arrondissement de Paris le premier Open des jeux d'histoire. Comme nous l'avions déjà indiqué dans un post consacré aux jeux de stratégie ou liés aux combats de l'antiquité au XXème siècle  http://lechoduchampdebataille.blogspot.fr/2011/10/debat-le-best-seller-des-wargames-sur.html, ces supports ludiques sont un excellent outil pour appréhender l'art de la guerre, la tactique et la stratégie au sens large. Cette rencontre, notamment animée par la fédération française du best seller des jeux sur la seconde guerre mondiale "Mémoire 44", devrait démontrer, une fois de plus l'intérêt à porter à cette gamme de jeux, y compris pour la formation des cadres issus des forces armées. D'ailleurs, l'Ecole de guerre ne s'y était pas trompé en organisant en mai 2012  une activité centrée sur les "Wargames" sur le site de l'école militaire http://lechoduchampdebataille.blogspot.fr/2012/05/lecole-de-guerre-renoue-avec-le-wargame.html. En bref, une activité pleine de promesses...
J'en profite pour donner quelques orientations sur les articles à venir sur votre blog. Tout d'abord, nous renouerons avec la première guerre mondiale au jour le jour en nous intéressant aux mois de janvier à mars 1915 et le début de la guerre de position, puis nous esssaierons de mettre les grands penseurs et praticiens (et leurs systèmes) face aux menaces contemporaines afin de tirer des enseignements comme de marquer les évolutions (concepts, principes, manoeuvres). Enfin, nous nous pencherons, tout en suivant l'actualité historique, sur le bicentenaire des 100 jours et la route jusqu'à Waterloo. Bonne lecture...


vendredi 27 février 2015

Stratégie : Sun Tzu face aux conflits modernes, un café U235 à ne pas manquer.

 
Mardi 3 mars à 19h00, venez nombreux au café Concorde pour écouter Yann Couderc, spécialiste de Sun Tzu, auteur de l'ouvrage "Sun Tzu en France" et animateur du blog "http://suntzufrance.fr/". J'aurai l'honneur d'animer ce débat qui nous permettra de confronter le stratège chinois aux formes de conflictualité contemporaines. Cet échange nous permettra de réfléchir sur la pertinence de principes écrits il y a 2500 ans, souvent considérés comme le socle de la pensée stratégique moderne. Il sera également intéressant de nous interroger sur la valeur de l'enseignement d'un stratégiste si ancien dans les armées occidentales d'une part, mais aussi au sein de forces militaires de pays émergents.
Nul doute que le regard de cet officier, breveté de l'Ecole de guerre, apportera des clés de compréhension sur cette thématique et ce, comme il l'avait fait en publiant sur votre blog deux contributions : http://lechoduchampdebataille.blogspot.fr/2011/11/sun-tsu-pourquoi-les-chinois.html et http://lechoduchampdebataille.blogspot.fr/2011/12/vous-reprendrez-bien-un-peu-de-sun-tzu.html
 
Bonne lecture et à mardi au café Concorde...


vendredi 20 février 2015

Guerre de Corée : la bataille de Chipyong-Ni.

 
Comme nous le faisons régulièrement, nous vous proposons une fiche bataille riche en enseignements et propre à ouvrir le débat sur l'évolution ou la continuité des modes d'action comme des principes tactiques. Cette semaine, il s'agit d'un des combats majeurs de la guerre de Corée, la bataille de Chipyong-Ni le 13 février 1951 à hauteur du 38ème parrallèle. Le bataillon de Corée français, dont nous avons déjà parlé, participe à cet engagement meutrier aux côtés des Américains.
 
 
Forces en présence :
Armée chinoise et forces nord-coréennes : 39ème DI : cette division fut renforcée par 3 autres.
Forces de l'ONU : 23ème RI US : 3 bataillons d’infanterie US, le bataillon français, une compagnie de char, le 37ème bataillon d’artillerie.

samedi 14 février 2015

Centenaire de l'ECPAD : exposition aux Invalides.



Depuis le 10 février, aux Invalides, un hommage est rendu au centenanire de la section photographique des armées créée à l'occasion du premier conflit mondial. Aujourd'hui, c'est l'ECPAD (Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense)  qui a repris le flambeau. Les photographies qui coubvrent les opérations françaises et alliées du XXème et du XXIème siècle semblent ainsi répondre aux diverses collections du musée de l'Armée pour rendre hommage à ces hommes et ces femmes plongés dans des situations d'exception, parfois dramatiques. L'esprit des images selectionnées est largement résumée par les initiateurs du projet :
"Construite sur un mode thématique, l’exposition présente les regards de photographes officiels des armées sur les deux guerres mondiales, les conflits de décolonisation, la lutte contre le terrorisme en Afghanistan et au Mali ou encore le tremblement de terre à Haïti de 2010. Conçue en vingt panneaux, elle s’intéresse au contexte de production des images et invite le public à s’interroger sur la construction d’une photographie, la représentation de la guerre et le métier de photographe officiel des armées. Dans une démarche citoyenne – à l’heure où l’actualité abonde d’images brutes de guerres et de violences – ce retour sur un siècle d’histoire par la photographie vise à donner au visiteur des clefs pour en décrypter le sens."
Bonne visite...

lundi 9 février 2015

L'écho du champ de bataille écrit aussi pour la revue "Guerres et batailles".

 
Depuis la rentrée 2014, un nouveau bimestriel est apparu dans les kiosques pour traiter de l'histoire militaire et de "l'histoire bataille". Il a pour vocation de rendre accessibles aux curieux comme aux profanes ces deux domaines en  proposant des articles documentés et largement illustrés avec de l'iconographie et des cartes. Il s'agit du magazine "Guerres et batailles" aux éditions Oracom. Le dernier numéro, sorti le 5 février 2015, traite principalement d'Alexandre le Grand et j'y publie un article qui cherche à savoir si le stratège antique peut être défini comme le premier grand capitaine et ce, tant dans les domaines de la tactique, de l'opératique que de la stratégie.
Merci encore à cette revue de m'avoir fait confiance et de donner une nouvelle tribune à "L'écho du champ de bataille" dans la presse écrite spécialisée. N'hésitez pas à vous procurez ce numéro et à me faire part de vos commentaires, remarques ou précisions sur cette thématique ou cette publication en général.
Bonne lecture...

vendredi 6 février 2015

De l'autre côté du miroir : Iwo Jima, dans la tête des soldats japonais.

 
Régulièrement sur votre blog, nous vous proposons le témoignage d'un belligérants d'un fait d'armes ou d'un conflit en abordant un point de vue original. Pour cet article, ce sont les combattants japonais, présents lors de la plus violente bataille du Pacifique de la seconde guerre mondiale, qui vont nous livrer leur quotidien et leurs impressions au combat. Nous allons pour cela relire ensemble le livre de Kumiko Kakehashi qui relate les lettres d'Iwo Jima de ces soldats nippons. Mises en image en 2007 par le célèbre film du même nom, ces correspondances apportent un regard très intéressant, émouvant, réaliste et précis des évènements avec, en particulier, un focus sur le général japonais Kuribayashi. Ce dernier, mal connu, y compris dans son propre pays est un chef atypique au sein de son armée mais demeure un tacticien hors pair et un homme remarquable de valeur et d'humanité.